BIO et les français | Vetalis Technologies

BIO et les Français

Le bio est-il meilleur pour la santé ?

L’alimentation bio réduit bien l’exposition aux pesticides. Néanmoins cet unique argument ne suffit pas à conclure que le bio est forcément meilleur pour la santé car il existe d’autres différences entre aliments bio et conventionnels. Certains sont, par exemple, plus contaminés par des polluants organiques persistants. De plus, le mode de culture ou d’élevage n’est pas seul gage de meilleure qualité nutritionnelle, car là aussi, énormément d’autres facteurs entrent en jeu.

L’agriculture biologique ne veut pas dire forcément « sain ».

Elle correspond ni plus ni moins au respect des règles du cahier des charges de production associé. Ce dernier autorise les pesticides naturels, le labour et d’autres pratiques potentiellement problématiques pour la production au long terme, l’environnement et la santé humaine. L’avenir nous le dira… Mais à ce jour, aucune étude scientifique ne certifie que le bio est meilleur pour la santé.

En résumé, manger un fruit restera toujours meilleur pour la santé que de manger un paquet de biscuits… même bio.

 

Le bio est-il meilleur pour la planète ?

Le bio n’autorise pas la transformation chimique des substances utilisées mais uniquement la transformation mécanique.

Le vrai progrès à constater est dans l’élevage et sur l’alimentation. Les éleveurs bio doivent produire sur la ferme l’essentiel des aliments.

LA Bio, que nous avons évoqué dans le premier épisode repose sur ce principe de protection de la Terre nourricière. Ce courant répondrait évidemment OUI, mais la pratique repose sur un cahier des charges, non de LA Bio mais DU bio. Force est de constater que le bio a un rendement plus faible et nécessite plus de terre.

 

Acheter bio ou local ?

Conventionnel ne rime pas forcément avec usage intempestif de pesticides et/ou de médicaments et inversement, bio n’est pas à l’abri de résidus de pesticides provenant du vent, de la pluie, des sols… Le consommateur devrait être assuré des pratiques. Et le summum serait qu’il puisse avoir accès à une analyse de résidus.

La réponse : du bio en local…mais ne négligeons pas les savoir-faire territoriaux qu’il faut préserver pour pérenniser une économie locale.

Alors mangeons FRANÇAIS !

 

Qui mange bio ?

  • 71% des français consomment régulièrement bio (au moins une fois par mois),
  • 14% des français mangent bio tous les jours
  • 83% des français font confiance aux produits bio

 

Qui sont les acheteurs bio ?

Le Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France Agence BIO/ CSA Research, publié en février 2018, propose une typologie :

  • Les « Vigilants » mangent bio pour leur santé et celle de leurs enfants. C’est la catégorie la plus fréquente ! En effet, la santé est la principale raison des mangeurs bio, suivie par la préservation de l’environnement, puis le goût/qualité.
  • Les « Sélectifs » consomment des produits bio bien particuliers (par ex. les œufs ou la farine ou bien seulement des produits d’hygiène et de beauté, etc.).
  • Les « Pragmatiques » achètent des produits bio…Lorsqu’ils en trouvent !
  • Les « Engagés » le font pour soutenir LA bio, ses grands principes et ses valeurs et la consommation responsable en général.
  • Les « Hédonistes » le font avant tout par plaisir, pour le goût des bonnes choses.
  • Les attentes sociétales sont renforcées depuis la crise sanitaire : toutes traduisent une volonté de mieux manger.